Glossaire technique H

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z
Petit cnidaire vivant en eaux douces possédant de 6 à 10 tentacules. L'hydre n'est pas dangereuse pour les poissons d'aquarium.
Science qui étudie la vie des organismes aquatiques.
Conditions liant l’hydrologie des masses d’eau et l’évolution du climat, de la météo.
Doté d'une forme adaptée au déplacement dans l'eau.
Science qui étudie le comportement physique du fluide constitué par l'eau et les matériaux qu'elle contient. C'est une application aux cours d'eau de l'hydrodynamique, elle-même branche de la mécanique des fluides. Elle permet d'appréhender les processus d'évolution des cours d'eau : action du...
Ensemble des événements impliqués dans la circulation des masses d’eau (courants, vent, marées, turbulences).
Symbole: H. L'élément de plus petit poids atomique (1). L'hydrogène est présent dans la composition de l'eau.
Science qui traite de la mesure et de la description des caractéristiques physiques des océans, mers, lacs, rivières, et des régions côtières contiguës, avec référence particulière à leur usage pour la navigation.
Transformation chimique (fragmentation) d'une substance en plusieurs autres substances plus petites par l'addition chimique de l'eau. Survient en milieu aqueux pouvant induire la formation de nouvelles substances.
Un transducteur électroacoustique transforme les vibrations sonores transmises par l'eau en ondes électriques équivalentes.
Faculté de s'équilibrer dans l'eau. La vessie natatoire (ou vessie gazeuse) est l'organe qui permet au poisson de réaliser cet équilibre.
Ensemble des éléments d'eau courante, d'eau stagnante, semi-aquatiques, terrestres, tant superficiels que souterrains et leurs interactions. Ce concept s'applique surtout pour les cours d'eau d'une certaine importance susceptibles de développer une plaine alluviale comprenant une mosaïque d'...
Le titre hydrotimétrique caractérise une eau dans sa teneur en sels dissous. Deux unités sont habituellement usitées: degré français (TH) et degré allemand (GH) avec 1 degré français = 0.56 degré allemand.
Coelentérés qui forment un polype ou une méduse aux différents stades de leur cycle de vie.
Substance qui a tendance à absorber l'humidité de l'air.
Qui a un rapport avec la langue . les arcs hyoïdes fixés de chaque côté de la boîte crânienne à leur extrémité supérieure, forment un support pour la langue à leur extrémité inférieure, et soutiennent les rayons branchiostèges.
Montant excessif de dioxyde de carbone dans le sang. Stress appliqué aux poissons quand, par exemple, on mesure leur consommation d'oxygène.
Qualifie un organisme parasite vivant au dépend d'un autre parasite. Exemple : une microsporidie hyperparasite, Nosema podocotyloidis, parasite d'un trématode digène Podocotyloides magnatestisqui est lui-même parasite d'un poisson Parapristipoma octolineatum.
Développement excessif d'un tissu normal.
Un lecteur qui lit un document hypertexte peut sélectionner un symbole d'un lien hypertexte pour atteindre des textes additionnels sur le sujet recherché, c.-à-d., cliquer sur les mots mis en relief et obtenir plus d'information.
Augmentation du volume d'un tissu ou d'un organe.
Se rapporte au 4ème segment (ou segment inférieur) d'un arc branchial.
Forme de la nageoire caudale où le lobe inférieur est plus grand que le lobe supérieur et souvent dirigé plus vers l'arrière.
Vivant sous la terre. Appliqué aux poissons restreints aux cavernes.
Manque d'oxygène . niveaux bas d'oxygène dissous dans l'eau (~ < 3 ppm) ce qui est extrêmement stressant pour la plupart des êtres aquatiques. Stress infligé au poisson quand il est étudié, par exemple, pour connaître sa consommation d'oxygène.
Désigne chez les poisson des pièces cartilagineuses plus ou moins ossifiées, aplaties et élargies en palette, sur laquelle s’insèrent les rayons de la nageoire caudale. Arc hémal élargi des Téléostéens, fossiles du Trias. Pluriel : hypuraux
Structure osseuse (souvent en forme d'éventail) qui est formée par les épines hémales allongées, aplaties et partiellement soudées (extensions ventrales des vertèbres), et qui supporte les rayons de la nageoire caudale chez la plupart des ostéichtyens. Chez les larves de poisson, os aplatis le long...

Pages