Qu'est ce que la variole de la carpe (Pox Carp) ?

Message d'avertissement

Covid-19 et confinement : Missions vétérinaires dont la continuité doit être assurée : instruction technique de la DGAL.
Carpe atteinte de variole

Il s'agit d'une néoplasie cutanée, d'origine virale, très fréquente chez les carpes. Les signes cliniques apparaissent quand la température de l'eau est basse (à l'automne, en hiver et parfois au début du printemps).

Le virus de la variole (Herpesvirus, CyHV1) se multiplie au niveau de la peau (les lésions ressemblent à des taches de cire de bougie), puis la peau se desquame (ulcère). Les ulcères cutanés peuvent se surinfecter par des bactéries du milieu (généralement des Aeromonas). La variole peut également toucher les nageoires et les yeux.

La variole est contagieuse par contact rapproché avec un poisson infecté (au stade où la peau est ulcérée). Les lésions se développent en 60 jours à 10°C, 30 jours à 15°C. La sensibilité au virus est variable d'un individu à l'autre, et certains individus "rustiques" (moins sélectionnés) peuvent ne jamais développer de lésions.

La variole est bénigne chez les carpes adultes mais elle peut entraîner des cas de mortalité chez des individus de moins de 8 semaines. Il n'existe pas de traitement curatif qui permette d'éradiquer ce virus.

Normalement, dès que la température de l'eau augmente au printemps, les défenses immunitaires des carpes se renforcent et les plaies régressent. Il est possible d'accélérer la régression des lésions en complémentant la nourriture avec de fortes doses de vitamine C (dites "mégadoses", de l'ordre de 4 à 6 g par kilogramme d'aliment). Si au dessus de 20°C, les lésions ne régressent pas, cela peut être le signe qu'un problème sous-jacent est présent.

Au moment où la peau desquame, il est préférable pour limiter la contamination aux autres poissons (et les surinfections), d'isoler les individus atteints (si possible) et de soigner localement les plaies (betadine ou pansement antiseptique hydrorésistant).

register